calendar 16.06. 2016

Il y a le ciel, le soleil et… la soccer cup !

Une nouvelle fois, le monde du football est en effervescence. À l’occasion de l’Euro 2016, la plupart des fans ont bloqué les dates de leur équipe nationale dans le calendrier afin d’assister aux matchs – chez eux ou en public. Et l’euphorie est à son maximum. Pour ista, le tournoi interne constitue également l’événement de l’année. Le premier week-end de juin, les collaborateurs férus de sport sont venus du monde entier pour jouer au football, encourager leur équipe et passer un bon moment.

Beaucoup d’analystes, d’études et d’experts tentent de comprendre la fascination qu’exerce le football. Comment ce petit ballon qui fait en général courir 22 personnes pendant 90 minutes peut-il avoir un si grand effet ? Et pourquoi préparer ainsi l’Euro depuis des mois, décorer nos maisons, nos balcons, nos voitures, parier sur l’issue des matchs voire, jusqu’à collectionner les vignettes à l’effigie des joueurs ? Peu importe, finalement, ce qui explique cet engouement : ce qui compte, c’est que le football réunit les Hommes.

Lors du tournoi annuel, 1 000 collaborateurs venus de 17 pays se sont réunis pour partager leur passion commune : le football.

Partout dans le monde, c’est la même fascination. Et ista n’échappe pas à la règle. Lors du tournoi annuel, 1 000 collaborateurs venus de 17 pays se sont réunis pour partager leur passion commune : le football. La météo était aussi joyeuse que l’ambiance – avec un soleil éclatant après des semaines de pluie incessante. Kristian Schröder, Directeur de la filiale de Hanovre, était aux anges : « pour un tel événement, la météo joue énormément. Il faut croire que le ciel a voulu nous sourire. »

Trente-quatre équipes se sont donc réunies à Hanovre pour s’affronter sur le terrain de SC Langenhagen. L’enjeu ? Décrocher le titre et le droit d’organiser le tournoi l’année prochaine.

Ci-dessus : les équipes participantes avec leurs fans avant le début du tournoi. En bas à gauche : le gagnant du concours ‘Speed kick’ : Matthias Köhler, à la technique de frappe impressionnante. En bas au milieu et à droite : les fans sont là pour assurer l’ambiance.

Pour pouvoir assister au tournoi, les fans n’ont reculé devant rien : même les trajets en bus de 12 heures pour certains n’ont pas suffi à les décourager. Voilà autre chose que seul le football est capable de faire. « La passion et l’enthousiasme dont font preuve nos collègues nous récompensent des efforts d’organisation en amont de la compétition », se félicite Kristian Schröder. Le stress de l’organisation et les trajets épuisants ont été très vite oubliés à grand renfort de frites et de saucisses grillées. Le ballon est passé d’une équipe à l’autre, les joueurs ont mouillé le maillot et les fans ont encouragé leurs champions. À la mi-temps, les participants et les spectateurs pouvaient saisir l’opportunité de tester leur vitesse de frappe avec la compétition « Speed Kick ». C’est Matthias Köhler, atout de l’équipe de Würzburg avec son excellente technique de frappe, qui a gagné le concours. Avec un tir à 123 km/h, il a été le « Roi de le frappe » du jour, sans conteste.

À nouveau, ce sont les Hannover Flamingos qui ont remporté l’épreuve, en battant l’Isarkicker de Munich. Dans le match pour la troisième place, les Bonn Devils ont dû s’incliner aux tirs au but devant les Player Miglanc polonais. Mais le résultat n’a finalement pas tant d’importance : qu’ils soient Suédois, Français, Néerlandais ou Turcs, qu’ils jouent pour Isarkicker or FC Stahl et Stollen – tous les joueurs étaient heureux de se rencontrer ou de se revoir, dans une ambiance de franche camaraderie. Une fois encore, le football a fait son œuvre en rassemblant les personnes.



Crédit photo : Oliver Böhm, ista