calendar 17.07. 2017

Légionelle – quand les germes se nichent dans la vapeur d’eau

Beaucoup de gens partagent chaque matin un même rituel : se laver, prendre une douche, un petit déjeuner, se brosser les dents et partir au travail. Rares sont ceux à avoir conscience qu’ils s’exposent peut-être à un danger tandis qu’ils se savonnent tout en écoutant le dernier tube à la mode.

Des agents pathogènes invisibles

La légionnelle peut présenter un réel problème mais rassurez-vous : pas de quoi paniquer pour autant. La fine vapeur d’eau qui émane de la douche ou la légère brume qui se forme à la surface d’un jacuzzi offrent des conditions idéales pour que ces agents pathogènes s’infiltrent dans le corps. Cette bactérie qui ne mesure qu’entre 2 et 6 micromètres pénètre dans l’organisme par inhalation. La legionella pneumophila peut ainsi provoquer des maladies comme la maladie du légionnaire – forme la plus fréquente de légionellose. Outre ses symptômes qui s’apparentent à ceux de la grippe, celle-ci peut entraîner une pneumonie. D’ailleurs, pour l’anecdote, l’appellation « maladie du légionnaire » remonte à une convention de la Légion américaine organisée à Philadelphie, aux États-Unis. Au cours de l’événement, plusieurs participants ont contracté la maladie par le système d’air conditionné contaminé. Aujourd’hui, ce sont avant tout les personnes âgées ou celles qui souffrent d’un système immunitaire défaillant qui sont les plus sensibles à l’infection.

La maladie du légionnaire constitue la forme la plus répandue et aussi la plus dangereuse de légionellose. Elle représente 90 % des cas.

Environnement naturel

Les bactéries de la famille des légionnelles sont présentes dans les biotopes d’eau douce du monde entier. Elles sont par conséquent présentes en faible quantité dans les nappes phréatiques et les eaux de surface. Plongez dans un lac en plein été, et vous risquez fort d’être à leur contact. Inutile toutefois de vous inquiéter d’une éventuelle contamination : la bactérie ne se multiplie pas librement et accroît sa population par réplication intracellulaire dans les amibes ou autres organismes unicellulaires.

Un terrain fertile

Legionellen unter der Lupe

Les bactéries se multiplient rapidement dans une eau entre 25 and 45° Celsius et ne peuvent être tuées qu’à des températures supérieures à 60° C. Les eaux stagnantes qu’on retrouve dans les réserves d’eau ou les canalisations, peuvent former un biofilm et constituer par conséquent un habitat qui favorise une concentration plus élevée de ces germes. En cas de contamination à la légionnelle, une entreprise spécialisée doit évacuer tous les drainages. L’opération se fait sur une période prolongée, à l’aide de procédures complexes avec une eau à plus de 70° Celsius dans l’optique d’évacuer la bactérie du biotope artificiel. Soit une mission impossible à effectuer pour le propriétaire du système car les chaudières ne disposent en général pas de la capacité nécessaire.

Infections de légionnelle en Europe

En Allemagne, on estime qu’environ 30 000 personnes contractent chaque année la légionellose. Selon le Robert Koch Institute, seuls quelques cas sont signalés – 710 seulement en 2016. Cette différence considérable s’explique en partie par le fait que tous les patients atteints de pneumonie ne sont pas nécessairement testés à la légionnelle. En été, le nombre de cas signalés augmente, ce qu’on peut associer aux périodes de vacances et au nombre accru de voyages à l’étranger, ou à l’utilisation plus fréquente des systèmes d’air conditionné.

L’Union européenne est consciente de ce problème. Par exemple, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, basé en Suède, a recensé en tout 6 573 infections pour 100 000 habitants en Europe en 2015. 881 cas étaient signalés en Allemagne, contre 1 556 en Italie, soit près du double.

ista teste les systèmes d’eau potable

Inquiète des conséquences potentiellement dangereuses, l’Allemagne impose depuis 2011 le test des systèmes d’eau potable. L’Ordonnance sur l’eau potable a été révisée plusieurs fois, dernièrement en décembre 2012. Dans sa dernière version, elle prévoit que les systèmes des bâtiments publics soient testés au moins une fois par an et les bâtiments commerciaux et les logements au moins tous les trois ans. Les maisons individuelles et mitoyennes, ainsi que les immeubles vacants, ne sont pas considérés comme des systèmes de grande échelle et ne sont par conséquent pas concernés par l’obligation. Rien ne vous empêche toutefois, par sécurité, de demander une analyse de l’eau potable.
Car après tout, dix pour cent des systèmes d’eau potable privés testés par ista ces cinq dernières années dépassaient la concentration maximale autorisée de légionnelle, à savoir 100 UFC (unités formant colonie) pour 100 ml d’eau!

La concentration maximale autorisée de légionnelle s’élève à 100 UFC pour 100 ml d’eau!

Une obligation des propriétaires

En Allemagne, en tant que propriétaire, vous êtes tenu de faire tester les appartements que vous louez. Un dépassement des seuils autorisés peut non seulement nuire à la santé d’autrui, mais aussi entraîner des problèmes juridiques – cf. l’Ordonnance sur l’eau potable. En cas de contamination, des réductions de loyer ou des compensations financières pourraient être le cadet des soucis du propriétaire. Ainsi, en 2008, un homme est mort à Berlin d’une pneumonie provoquée par la légionnelle. Le propriétaire a fait l’objet de poursuites, et a été condamné à une amende de 23 000 euros. On le voit, des contrôles réguliers protègent non seulement la personne responsable mais peuvent aussi sauver des vies. Avec l’analyse des systèmes d’eau potable par ista, le dépassement des concentrations maximales autorisées peut être détecté très en amont.

Prélever des échantillons, et puis?

Mais comment s’opère concrètement l’analyse de l’eau potable ? Premièrement, des échantillons sont prélevés dans le système. Ils sont analysés et, dans le meilleur des cas, dépourvus de la bactérie. Dans le cas contraire, les autorités sanitaires doivent être alertées. Puis des tests complémentaires plus approfondis effectués. Les analyses des risques illustrent les causes de contamination avant qu’une action soit engagée pour éradiquer la bactérie.

Legionellenproben entnehmen
L’analyse de l’eau potable en 5 étapes : (1) Prélèvement d’échantillon (2) Analyse (3) Notification (4) Analyse des risques (5) Éradication

La désinfection thermique à plus de 70° Celsius reste réservée aux spécialistes. De même que la chloration, qui consiste à désinfecter au chlore le système dans son entier. Une fois le système débarrassé de la légionnelle, des contrôles sont effectués de nouveau et toutes les opérations enregistrées. En effet, l’Ordonnance sur l’eau potable prévoit que tous les documents doivent être conservés 10 ans.

Une détection précoce des sources d’infection

La bactérie pénètre avant tout dans l’organisme par l’air respiré. Prendre une douche, notamment, mais aussi utiliser des systèmes d’air conditionné, peuvent présenter un réel danger. Un examen régulier et professionnel des systèmes d’eau potable est donc très recommandé. Quoi de plus normal, en effet, que de débuter la journée en sifflant notre air préféré sans avoir à nous inquiéter!

Picture credits: Shutterstock/SasinParaksa

Picture credits: Shutterstock/Jordi Prat Puig