En coulisses : notre rapport de développement durable

28.06.2017

Chaque année, de nombreuses entreprises publient leur rapport de développement durable – et ista n’échappe pas à la règle. Le processus de production demande environ huit mois. Mais comment se déroule-t-il exactement ? Nous avons voulu mettre en lumière ce long périple et le suivre pas à pas, de l’analyse préliminaire au rapport finalisé.

VOUS TROUVEREZ ICI NOTRE DERNIER <<<<< RAPPORT SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE >>>>>

La plupart des gens savent que les entreprises publient des rapports annuels. Mais très peu savent que celles-ci sont également tenues de communiquer leurs avancées en matière de développement durable. C’est ce qu’a décidé l’Union européenne fin 2016 avec la Directive RSE (obligation de reporting en matière de RSE). La transparence a toujours été la marque de fabrique d’ista, et nous rendons compte de nos avancées en matière de développement durable depuis 2010. Notre rapport intègre entre autres des informations sur notre stratégie, nos produits et nos services, nos innovations ainsi que les offres pour nos collaborateurs, notre engagement social et notre performance environnementale. Il sert également de rapport d’avancée car nous sommes membres du Pacte mondial des Nations unies.

Mais comment ce reporting s’établit-il exactement ? Maike Böcker, en charge du développement durable au sein du Département Communication & Affaires publiques, nous détaille les six étapes nécessaires à l’élaboration du rapport.

six-etapes

Étape 1 : Poser les fondamentaux – analyse interne (novembre)

La préparation de notre rapport de développement durable s’opère de manière rétrospective pour l’exercice fiscal qui précède. Elle démarre toutefois avant la fin de l’exercice, dès le mois de novembre. Dans le cadre de notre reporting, et conformément aux directives du Global Reporting Initiative (GRI), nous commençons par une analyse de matérialité et nous examinons chaque année où nous en sommes. Avec mes collègues de l’équipe projet RSE, du Comité de pilotage et notre agence prestataire, nous définissons les champs d’action nouveaux et existants, qui nous semblent être porteurs de l’impact écologique, économique et social le plus élevé pour ista. Il s’agit des domaines pour lesquels nous pensons qu’en tant que citoyens et entreprise responsables, nous pouvons réduire l’impact négatif sur l’environnement et la société et y contribuer de manière favorable. Par exemple, dans le domaine « Sensibilisation », nous souhaitons informer le grand public sur l’efficience énergétique. Notre nouvelle initiative « Les écoles ista pour l’efficience énergétique » en témoigne.

Nous souhaitons sensibiliser le grand public à l’efficience énergétique

Étape 2 : Votre avis compte ! – Sélection des sujets centraux pour le rapport (décembre)

Vient ensuite le moment de pondérer les champs d’action de l’analyse de matérialité, afin d’identifier les sujets centraux. Les opinions de nos parties prenantes externes (clients, fournisseurs, ONG, pouvoirs publics, investisseurs, associations) et internes (collaborateurs) sont essentielles au processus. C’est pourquoi nous menons des entretiens avec les experts et réalisons des études auprès des parties prenantes, afin de conférer à notre rapport de développement durable une base solide, identifier les sujets considérés comme clés pour ista et savoir comment le Groupe est perçu en matière de développement durable.

Étape 3 : Établir le cadre : adoption de l’analyse de matérialité (début janvier)

Après une évaluation en profondeur des enquêtes et des entretiens, le Comité de pilotage du développement durable se réunit pour discuter des résultats. Cette réunion sert notamment à réaliser un état des lieux. Qu’est-ce qui a changé depuis l’année précédente ? Le degré de priorité des champs d’action a-t-il changé ? Qu’est-ce que les parties prenantes aimeraient apprendre d’ista en matière de développement durable ? Tous ces éléments sont débattus avant d’adopter une nouvelle matrice de matérialité. Celle-ci fournit des informations sur les avis internes et externes ainsi que sur l’importance des champs d’action définis.

Étape 4 : Insuffler de la vie dans le rapport de développement durable ! – Collecte des données (février – mars)

Ici, il ne s’agit plus de collecter les données de consommation d’eau et de chauffage de nos clients, mais bien les données relatives à ista. Depuis des années, nous nous appuyons sur un système exhaustif de collecte des données qualitatives et quantitatives. Nous recueillons les données qualitatives en demandant à nos collaborateurs des différents pays et de nos filiales en Allemagne de nous fournir des informations sur leurs projets et développements. Notre consultant environnemental interne est chargé de recueillir les chiffres environnementaux et de coordonner le contrôle des chiffres clés. Ainsi, nous pouvons garantir que nous communiquons des données fiables et valides.

Étape 5 : Une approche coordonnée et une rédaction de qualité. Travail éditorial (avril – mi juin)

Une fois toutes les données recueillies et affectées aux sujets prioritaires, place au travail rédactionnel. Nous nous conformons aux indicateurs du Global Reporting Initiative et au Code du développement durable allemand, et nous livrons un aperçu des différents projets d’ista. Dès les textes finalisés, les différents départements spécialisés effectuent des contrôles qualité. C’est ainsi que nous nous assurons que tous les sujets et chiffres clés sont communiqués correctement. Les textes définitifs sont ensuite mis en page et traduits en anglais – nos organisations nationales et nos parties prenantes internationales doivent elles aussi pouvoir bénéficier du rapport.

Étape 6 : Déroulez le tapis rouge – Publication (fin juin)(Ende Juni)

Le rapport finalisé est vérifié et les chiffres environnementaux clés audités par un cabinet externe. Dès que le Conseil d’administration a approuvé la publication du rapport, celui-ci fait des premiers pas remarqués sur le tapis rouge : dans notre magazine en ligne, INSIDEista. Le rapport de développement durable est ainsi mis à la disposition de toutes les parties prenantes pour qu’elles puissent le télécharger et le consulter – il suffit de l’ouvrir ! Cela en vaut la peine, croyez-moi ! Et cerise sur le gâteau, vous pouvez également participer à notre quiz sur le développement durable et répondre aux questions sur notre Rapport 2016. À la clé, de très beaux lots à gagner!