calendar 06.11. 2015

À la découverte d’un monde plus intelligent, avec Dario Cohen

Dario Cohen travaille pour ista depuis un an. Au poste de Directeur adjoint, il nous a aidés à mettre en place un nouveau département international, qui conjugue les fonctions marketing et développement, gestion de produit et contrôle des ventes. Il répond aujourd’hui aux questions d’ista sur la situation actuelle du marché, ainsi que sur les dernières tendances et évolutions.

Le monde entier parle de digitalisation. Mais qu’est-ce que ce mot évoque à vos yeux ?
La digitalisation ouvre des opportunités fantastiques. Grâce aux nouvelles technologies et aux données numériques, nous sommes en mesure de mieux comprendre notre environnement, nos processus de travail et même notre propre existence. Ces éclairages génèrent de nouveaux modèles d’activité qui peuvent en retour créer une valeur ajoutée considérable pour les clients. Les objets connectés sont déjà dans notre quotidien, les équipements en réseau génèrent un environnement intelligent et rendent nos vies, nos voitures et nos appartements « intelligents ».

Là où cela devient vraiment intéressant, c’est quand un signal automatique prévient  qu’il y a 90 % de chances que votre système de chauffage tombe en panne dans les deux semaines.

Le logement intelligent ou smart home est un thème qui revient fréquemment. Qu’est-ce qui rend un bâtiment intelligent ?
Un bâtiment devient intelligent quand des données sur sa conception et la manière dont il est utilisé se combinent pour produire des conclusions et des mécanismes de contrôle. Vous recevez des informations qui vous informent si les fenêtres sont fermées, si le chauffage est allumé ou encore qui vous renseignent sur le degré d’humidité dans une pièce. En fonction de la présence ou non d’une personne dans la pièce, l’évaluation de ces données sert par exemple à éteindre automatiquement le chauffage, ou à recommander au client de fermer la fenêtre. Là où cela devient vraiment intéressant, c’est quand un signal automatique prévient qu’il y a 90 % de chances que votre système de chauffage tombe en panne dans les deux semaines. Ces informations valent littéralement de l’or pour le gestionnaire de biens ou le propriétaire.

Le concept s’applique-t-il à l’Allemagne ? À l’international ?
Il s’applique en général aux bâtiments et aux maisons mais la tendance se décline différemment selon les marchés. Certains en sont encore à la phase préparatoire, comme l’Allemagne. D’autres opèrent des progrès un peu plus rapides et plus innovants, c’est le cas de la France notamment. Dans l’Hexagone, plusieurs évolutions sont déjà tangibles dans l’univers du smart home, même si beaucoup reste à faire. Les Français abordent la question d’une manière relativement décontractée, ils jouissent d’une culture du bricolage, du fait main, ils essaient les choses et font beaucoup par eux-mêmes. Par conséquent, les logements intelligents ont tendance à recenser un plus grand nombre d’adeptes qu’en Allemagne, pays qui enregistre un grand nombre d’appartements loués. Les études révèlent toutefois que le smart home gagne également les logements en location, même si la priorité y est différente. Tandis que, dans les logements privés, la tendance est plus à la sécurité et au confort, dans les locations, il s’agit plutôt d’améliorer par exemple la maîtrise des dépenses énergétiques. Concrètement, nous devons nous demander : pourquoi les gens vivent-ils moins bien dans un appartement loué que dans un appartement qui leur appartient ?

Quel rôle pour ista ? En quoi le groupe rend-il les bâtiments intelligents ?
Dans le monde, ista équipe 12 millions de foyers. Et nous proposons déjà des systèmes intelligents qui recueillent entre autres des données énergétiques dans les bâtiments – eau, chauffage, humidité, etc. Nous installons déjà des détecteurs de fumée intelligents qui sont contrôlés à distance. Il s’agit là de caractéristiques propres à du smart home.

Nous devons dorénavant élargir cette dimension avec nos partenaires. Nous souhaitons d’abord combiner les données du secteur de la relève puis, dans un deuxième temps, les connecter aux autres systèmes en mesure de réagir à nos données. Le contrôle automatique du chauffage, par exemple. Ici, il est question d’interopérabilité, autrement dit de la capacité pour des systèmes différents d’ échanger des données sans erreur, de comprendre des informations et des commandes, de les interpréter correctement et de les mettre en œuvre. C’est ce qui va nous permettre de proposer des offres groupées. Des programmes de performance différents qui, une fois associés, offriront une plus grande valeur ajoutée. Ou quand un + un = 3, voire plus !

Concrètement, nous devons nous demander : pourquoi les gens vivent-ils moins bien dans un appartement loué que dans un appartement qui leur appartient ?

L’archivage et la présentation des données historiques des bâtiments jouent également un rôle essentiel, notamment pour la vente des bâtiments. Établir une carte d’identité des bâtiments est une idée innovante et très réaliste, qui professionnalise le secteur de l’immobilier. Lors de la cession d’un bâtiment, cette carte d’identité sert à mettre en lumière toutes les données historiques du bâtiment. Elle accompagne le processus de vente et améliore la qualité de l’investissement.

Aujourd’hui, tout devient intelligent. Tous les éléments d’un bâtiment fonctionnent en réseau. Qu’en est-il de la protection des données ?
La protection des données est un sujet crucial, qui doit impérativement être garanti. Nous accordons déjà une priorité absolue à cet aspect et nous continuerons de le faire à l’avenir. Naturellement, les systèmes évoluent avec le temps, les hackers deviennent de plus en plus malins et le risque ne va pas aller en diminuant. Mais nous évoluons nous aussi. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour assurer la protection des données. À l’avenir, le client décidera par lui-même et sera en mesure de définir où il envoie les données et dans quelle optique. Plus il se montrera ouvert à cette pratique, plus il bénéficiera d’un service à valeur ajoutée. C’est déjà ce qui se passe aujourd’hui, et cette tendance va se maintenir.

Qu’est-ce que ces évolutions impliquent concrètement pour votre travail et votre département ?
En tant que Directeur du marketing et du développement, cela signifie un examen attentif des sujets autour de la maison intelligente, de la digitalisation et des bâtiments intelligents. Notre champ d’action prévoit également des partenariats et des collaborations là où nous avons réussi à instaurer des contrats et des accords, notamment ces derniers mois. Je pense par exemple à l’extension à la France, la Norvège et la Suède de notre collaboration de longue date avec Aareon, ou encore à notre partenariat avec Riedel. Avec le système de chauffage de Riedel, nous allons être en mesure de fournir une offre groupée qui intégrera plusieurs options intelligentes : le contrôle de l’éclairage en plus du système de chauffage, et les gestionnaires de biens et les locataires pourront communiquer directement par l’intermédiaire d’un écran. Je pense qu’il s’agit d’une des premières offres du genre sur le marché de la location, et ista est bien entendu très à l’aise sur le sujet. Notre mission principale consiste désormais à créer de telles offres avec d’autres entreprises ou partenaires.

Crédit Photos: grasundsterne, thinkstockphotos