Pourquoi personne ne tient réellement à être totalement transparent

26.09.2017

Les entreprises veulent se montrer ouvertes, sincères et transparentes. Mais seulement dans une certaine mesure. Il en va de même pour les individus. L’aspiration à une plus grande transparence se justifie à de nombreux égards mais a aussi son revers. C’est la théorie audacieuse que je défends dans cet article.

Être transparent est une priorité

L’injonction au changement, et a fortiori à l’amélioration, est grandissante. Certaines entreprises s’imposent ces changements dès que quelque chose ne se déroule pas comme prévu. C’est là qu’intervient en général l’aspiration à plus de transparence et de clarté. Les faits doivent être rendus publics.
L’ancien président de la Fifa, Josef Blatter, a ainsi déclaré : « être transparent doit être notre priorité à l’avenir ». Puis il a démissionné et on ne l’a plus jamais revu. Si vous tapez cette phrase dans votre moteur de recherche, vous constaterez que M. Blatter est loin d’être le seul à formuler un tel vœu.
Les résultats de recherche confirment que l’envie de devenir transparent concerne principalement la transparence du marché et son renforcement afin de ne pas nuire ou désavantager d’autres acteurs du marché ni même l’économie nationale.
À l’inverse, les cas de mise en garde contre une trop grande transparence portent avant tout sur la protection des citoyens et le souci de garantir que la diffusion de données, inhérente au fait d’être constamment connecté, ne serve pas une utilisation frauduleuse. C’est ce qu’on nomme la transparence comportementale.
Et c’est là que réside le cœur du problème : la transparence revêt des sens très différents.

Transparence
La transparence compte à nos yeux.

Une moindre transparence nourrit l’imagination

De son côté, un physicien interrogé sur la transparence vous répondra sèchement : « si tout est transparent, alors il ne reste plus rien à voir ! »
Et il n’aura pas tort. C’est justement là que je voudrais en venir pour montrer que l’injonction à une plus grande transparence et la mise en garde contre une transparence trop grande ont toutes deux un dénominateur commun. Et que notre physicien a raison.

Être authentique

Le thérapeute comportemental ou thérapeute de couple vous mettra en garde contre une trop grande transparence : celle-ci peut certes servir de moteur mais nous avons tous besoin d’un refuge où conserver nos secrets. Nous abaissons un voile pudique sur notre moi intérieur pour nous protéger. Et il n’y a rien de mal à cela. Bien au contraire : c’est justement ce comportement qui nous rend séduisant aux yeux de notre partenaire et de nos amis. Cela donne prise à leur imagination. Et c’est ce qui nous procure un plaisir plus intense que si nous levions le voile, qu’il n’y ait plus rien à découvrir, ni aucun mystère à révéler.
Après tout, beaucoup de choses se passent derrière ce voile. Sans lui, l’industrie tout entière du cinéma s’effondrerait, de même celle de la littérature.
Tout deviendrait prévisible. Nous ne serions plus considérés comme des individus mais comme un numéro dans un résultat de recherche, défini en fonction de critères donnés – dans le meilleur des cas.

Se démarquer de la concurrence

Comme nous le rappelle notre ami physicien : plus nous sommes transparents, plus nous devenons invisibles (et donc moins intéressants).
La transparence a donc du bon mais seulement si l’anonymat est préservé.
Et les entreprises, dans tout cela ? Je pense que leur situation est identique.
Prenons par exemple la rue où j’habite. Elle ne recense pas moins de quatre salons de coiffure. Il est facile de résumer le modèle économique d’un coiffeur mais pourtant, chacun d’eux préserve un petit secret qui lui garantit la fidélité de quelques clients et le distingue de ses concurrents situés à une centaine de mètres.
Certains prétendent donc que la concurrence est bonne pour le business. C’est vrai mais uniquement si des différences distinguent ces concurrents.
De petits secrets doivent subsister. Disons, de petits facteurs d’incitation : un café pour une permanente, par exemple. Ou bien un assortiment judicieux de magazines. Ou encore le dernier potin à savoir absolument.

Secrets économiques et commerciaux

Les grands groupes notamment doivent se montrer transparents dans le cadre de leur responsabilité d’entreprise. Mais ils ne peuvent pas pour autant dévoiler sur Internet leur modèle économique, de peur d’être copiés, et préfèrent rester discrets sur leur avancées en matière de recherche et développement ou encore leur stratégie d’entreprise. Ils ne deviendraient sinon qu’un simple numéro au registre du commerce, résumé aux chiffres clés qu’ils sont tenus de publier.
Pour s’améliorer, les entreprises doivent évoluer en permanence. Sans garantie aucune de réussite. Pour résumer, divulguer tout ce que vous essayez de faire n’aiderait absolument en rien.

Changer pour s’améliorer?

On nous enjoint à changer et à nous améliorer en permanence.
Mais ces injonctions oublient que, si certains sont d’accord pour changer, d’autres non. Ils sont tout simplement trop vieux. Sur le plan biologique ou psychologique. Ou bien ils ont des choses plus importantes à faire et adorent préserver leurs défauts. Tout dépend de notre rapport à ce fameux voile pudique. Je dirais que cela représente plus ou moins la moitié des gens. Qui plus est, la définition concrète d’une amélioration reste souvent matière à débat.

L’homme est fait d’habitudes

Je me suis retrouvé un jour à l’inauguration d’un immeuble de bureaux haut de gamme. Le personnel quittait un terne bâtiment post-Seconde guerre mondiale pour emménager dans un immeuble flambant neuf très bien situé. De la musique montait d’un des étages. Les vieux tubes sur lesquels les gens se déhanchaient contrastaient tellement avec l’architecture audacieuse et futuriste du nouveau bâtiment que je me suis dit : les gens ne changent tout simplement PAS, ni ne modifient leurs habitudes. Du moins pas aussi rapidement que l’architecte aimerait le croire.
Le personnel voulait qu’on se sente davantage chez soi. Alors, il festoyait joyeusement dans ce nouveau bâtiment de verre et d’acier, mais sur des tubes venus d’un autre temps.

Souhaitons-nous réellement abandonner nos habitudes?

L’homme est fait d’habitudes. Vous devez persévérer pour briser cette carapace et faire en sorte que les gens changent. Sans garantie de réussite.
Imaginez par exemple un contrôle médical. Vous révélez un peu de vous-même pour finalement vous entendre dire : « votre tension est bonne mais vous devriez arrêter de boire du café ! » Beaucoup tiendront compte de ce conseil, mais pas le buveur de café régulier, qui refuse ne serait-ce que l’idée d’abandonner son coffee house préféré : c’est là qu’il aime venir, rencontrer ses amis et laisser son esprit vagabonder.
Et on voudrait qu’il se mette à boire de la camomille ? Il ignorera très certainement cette mise en garde.

Avec ses relevés réguliers, ista améliore la transparence de nos comportements en matière de consommation de chauffage et d’eau chaude.
Consommer moins d’énergie me permet ainsi d’économiser de l’argent.
Quant à moi, j’aime prendre de longues douches chaudes. Pourquoi ? Parce que c’est de là que me viennent mes meilleures idées. Bon, certes, pas systématiquement. Parfois, cette technique ne fonctionne pas. Mais je ne le sais jamais à l’avance et c’est pourquoi je continue de prendre des douches particulièrement longues. Tout simplement parce qu’une idée pourrait surgir. Et je ne pense pas y changer quoique ce soit – disons que c’est la force de l’habitude.

Mon voisin, de son côté, est un macho invétéré. Son épouse veut qu’il fume uniquement à l’extérieur. Mais lui se contente d’ouvrir la fenêtre et de souffler la fumée au dehors. Double strike : chauffage allumé et fenêtre ouverte. Mais pas de crise de couple à l’horizon.

Être transparent ? Je vous le déconseille…

Jusqu’où être transparent?

La transparence du marché fait sens tant qu’elle n’implique pas une surveillance constante des entreprises.
La transparence comportementale fait sens tant que nous avons le droit de conserver nos névroses et que nous ne nous transformons pas en individus complètement transparents.
Des secrets doivent subsister. Derrière le voile, nous pouvons changer discrètement… Ou pas.

Salutations transparentes,

Votre outsider