Trump contre la protection climatique?

25.01.2018

Quelques mois seulement après être devenu le président des États-Unis, Donald Trump a fait en sorte d’abolir la législation en faveur de l’efficience énergétique et des mesures d’économie d’énergie – soi-disant pour soutenir l’économie. De par sa propre expérience dans l’immobilier, Trump devrait toutefois savoir qu’économies d’énergie et efficience budgétaire font au contraire bon ménage. Pour preuve, il fut même un temps où lui-même, avant d’entrer en politique, appréciait grandement une consommation intelligente de l’énergie.

Le grand complot – la protection climatique en Chine

Personne ne pensait alors que les choses tourneraient aussi mal. Il est vrai que Donald Trump n’était pas spécialement connu pour être un fervent adepte de la protection climatique. Sa déclaration affirmant que le réchauffement climatique correspondait à un complot de la Chine pour nuire aux États-Unis est depuis longtemps entrée dans la légende. Mais les gens pensaient ou espéraient qu’il ne s’agissait que d’une vaste blague.
Mais depuis qu’il a été investi, le nouveau président américain fait tout pour anéantir cet espoir. La Maison blanche a très vite annulé des décisions essentielles en matière de climat ainsi que les normes d’efficience énergétique instituées par l’administration Obama.

Le « Plan énergétique America First »

La politique climatique « Plan énergétique America First » de l’équipe de Trump ne mentionne ni les énergies renouvelables ni l’efficience énergétique et se concentre uniquement sur les combustibles fossiles. Qui plus est, Scott Pruitt a été nommé à la tête de l’Agence américaine de protection environnementale (EPA). Lobbyiste pétrolier, ce climatosceptique notoire a rapidement aboli le Plan Clean Power. Dans le secteur énergétique américain, cette réglementation prévoyait de réduire de 32 % les émissions de gaz à effet de serre nocives pour l’environnement d’ici à 2030 par rapport à 2005. M. Pruitt a ensuite mis en œuvre le souhait de Donald Trump de se retirer de l’Accord de Paris sur le climat, qui venait d’être ratifié. Une décision justifiée, là encore, par le souci de soutenir l’économie américaine.

Icônes Drapeaux américains
La protection climatique et la politique climatique de Trump, « Plan énergétique America First », sont irréconciliables.

 

Les catastrophes naturelles causées par le changement climatique

En parallèle de ces décisions dévastatrices, 2017 s’est aussi distinguée en étant l’une des années les plus chaudes jamais enregistrées. Dans différentes régions des États-Unis, la population a été frappée par des catastrophes naturelles qui, même si elles n’étaient pas directement imputables au changement climatique, ont indéniablement été aggravées par ce dernier. Les températures élevées des océans ont provoqué la formation d’ouragans de première catégorie et les États-Unis ont subi une série de tempêtes particulièrement destructrices : l’ouragan Harvey a provoqué de lourds dommages au Texas et en Louisiane. La tempête tropicale Maria a dévasté le territoire américain de Puerto Rico, privant des centaines de milliers de personnes d’eau et d’électricité pendant des mois. Et les immenses incendies qui ont frappé la Californie ont ravagé d’innombrables hectares de forêts.

Des bâtiments intelligents et économes

L’homme d’affaires Donald J. Trump, qui a construit sa fortune dans le secteur immobilier, ne s’est pas toujours opposé aussi farouchement aux mesures d’efficience énergétique. Par exemple, en 2011, son entreprise a bénéficié de subventions de l’État pour des projets d’économies d’énergie dans deux immeubles de Manhattan. Un an plus tard, Trump a reçu un million de dollars US dans le cadre d’un programme incitatif et profité d’emprunts à faible taux d’intérêt de l’État de New York pour mettre en œuvre des mesures d’économie d’énergie dans une tour résidentielle du comté de Westchester.
« Je crois beaucoup aux énergies propres, à la protection de l’énergie – plus que quiconque », déclarait même Trump dans la fiche descriptive du projet. Dans ce cadre, un système de chauffage et d’électricité ultramoderne a été installé pour recueillir l’énergie thermique de deux générateurs électriques et l’utiliser pour chauffer l’eau et l’air. L’énergie est ainsi recyclée de manière répétée dans l’enceinte du bâtiment. En outre, des éclairages de couloir particulièrement efficients sur le plan énergétique ont été mis en place. Ceux-ci sont contrôlés par des capteurs de mouvements et ne s’allument par conséquent qu’en cas de besoin. Enfin, la piscine sur le toit dispose d’une couverture spéciale pour minimiser l’évaporation et réduire les coûts de chauffage. Autant de mesures qui ont considérablement réduit les coûts énergétiques du bâtiment.

Trump l’homme d’affaires semble avoir très bien compris que des appartements à faibles charges énergétiques et aux pièces chaudes et confortables ne sont pas seulement bons pour l’environnement, mais aussi pour ses affaires.